19/01/2009 - Texte intégral du Message adressé par Sa Majesté le Roi au Sommet arabe sur les questions économiques, sociales et de développement, qui se tient à Koweït sous le thème "la solidarité avec le peuple palestinien à Gaza"- Rabat

"Louange à Dieu. 

Prière et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons. 
Votre Altesse, Cheikh Sabah Al Ahmed Al Jabir Assabah,. 
Président du Sommet,. 
Majestés, Excellences, Altesses,. 
Excellences,.

Il m'est agréable d'adresser mes vifs remerciements à mon vénérable frère, Son Altesse Cheikh Sabah Al Ahmed Al Jabir Assabah, Emir de l'Etat du Koweït frère, qui accueille aimablement ce sommet et en assure la présidence avec sagesse.

Je tiens également à rendre hommage à Son Excellence M. Amr Moussa, Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, pour les efforts investis dans la préparation de ce sommet. 

La conjoncture arabe où se tient le présent Sommet, qui devait initialement être consacré aux questions de développement, est si délicate que nous nous devons de nous pencher sur les questions politiques pressantes qui interpellent notre Nation, notamment et au premier chef, la cause cruciale du peuple palestinien frère. 

Le Maroc réaffirme son engagement inébranlable d'assurer à ce peuple vaillant son soutien indéfectible et sa solidarité concrète. Ce faisant, il ne se contente pas de fustiger l'odieuse agression israélienne contre la bande de Gaza. En effet, nous considérons que l'aggravation de la tragédie qui frappe ce peuple meurtri exige que nous fassions preuve d'une volonté commune et d'une vision collective. 

A cet égard, il faudrait envisager une action sincère, utile et efficiente pour mettre un terme à l'agression, au blocus, à l'occupation et à la violence et pour faire lever le blocus injuste. C'est à cette mission que s'emploient le Roi, le gouvernement et le peuple du Maroc avec la sincérité et l'engagement nécessaires. 

Dans une conjoncture aussi délicate, les formalismes de bon aloi et les professions de foi ne sont plus de mise. La situation exige plutô t un engagement effectif et une fermeté résolue dans l'application de la légalité internationale. 

La communauté internationale se trouve aujourd'hui face à un véritable test dans la région du Moyen Orient où couvent de multiples foyers de tension, qui non seulement menacent sa stabilité et sa sécurité, mais ils mettent également en danger la sécurité et la paix internationales. 

Ce qui complique encore plus la situation, c'est le refus obstiné d'Israël de mettre un terme à ce conflit lancinant sur la base des résolutions de la légalité internationale et l'initiative de paix arabe, laquelle admet le principe d'établir des relations normales avec Israël en échange de son retrait total de tous les territoires arabes occupés. 

Le drame qu'ils vivent actuellement impose à tous les Palestiniens de faire preuve davantage de sens de responsabilité et d'abnégation, et de se départir des calculs étriqués. Ils se doivent donc, pour ce faire, de resserrer les rangs et de régler leurs divergences par un dialogue fraternel et constructif. 

Il leur appartient également de ne pas perdre de vue les immenses sacrifices que les fils du peuple palestinien n'ont cessé de consentir depuis plus d'un demi-siècle, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. 

Il est de notre devoir en tant qu'Arabes d'ajuster nos initiatives, de manière à servir l'unité du peuple palestinien en l'aidant à transcender ses dissensions, loin des tiraillements dont il pourrait faire l'objet, quelles qu'en soient la source et les finalités, et à consolider ses institutions nationales légitimes. 

C'est, donc, la voie judicieuse à emprunter pour engager des négociations responsables et constructives, devant leur permettre de fonder leur Etat indépendant, avec Al-Qods Al-Charif pour capitale - un Etat vivant cô te à côte avec Israël-, et se fondant sur l'initiative de paix arabe et les résolutions de la légalité internationale qui garantissent une paix juste, durable et globale pour tous les peuples de la région. 

Majestés, Excellences, Altesses,.

La question palestinienne demeure au centre de défis majeurs et déterminants. Elle est au cÂœur d'enjeux stratégiques non seulement externes, dans la mesure où notre région est une zone de polarisation, mais également internes en raison des ambitions de nos peuples qui aspirent à l'unité et au développement, objectifs dont la concrétisation reste tributaire de la capacité à relever ces défis. 

De ce fait, il nous incombe à tous d'Âœuvrer en toute responsabilité pour favoriser l'avènement d'un climat marqué du sceau du dialogue, de la clarté et de la volonté sincère de dissiper les malentendus, à commencer par l'assainissement des relations interarabes et le dépassement des différends conjoncturels, devenus hélas chroniques, et des conflits artificiels qui les caractérisent. 

Notre objectif commun est de poser les jalons d'un système régional arabe fondé sur les principes de solidarité, de complémentarité et d'intégration, et ce, dans le respect de l'unité des Etats arabes, de leurs spécificités et de leurs constantes nationales respectives. 

Face à cette situation sensible, il est nécessaire de renforcer les capacités de la Nation pour parvenir à l'édification d'une force économique en son sein. En fait, c'est le meilleur argument à faire valoir à l'appui des prises de position politiques. En optant pour cette démarche, nous aurons répondu judicieusement aux aspirations de nos peuples que nous aurons dotés, de surcroît, de la capacité de gagner et faire prévaloir leurs justes causes. 

Notre Sommet se tient dans une conjoncture financière internationale aussi délicate qu'inédite, aggravée, en plus, par une crise alimentaire et par une mondialisation féroce, avec ses effets pervers sur la croissance économique. Tout ceci interpelle notre Nation pour qu'elle sache dans quelle mesure elle peut donner corps à sa volonté commune de faire du développement une véritable locomotive pour assurer l'unité et la prospérité du monde arabe et afin de conforter sa posture sur l'échiquier international. 

Dans ce contexte, la mise en Âœuvre d'un plan de développement et la réalisation de la complémentarité économique à l'échelle de toute la Nation constituent le premier défi décisif pour le monde arabe. Et si je dis "mise en Âœuvre", c'est parce qu'on assiste trop souvent dans le monde arabe à une prédominance de la théorisation, au détriment de l'action concrète. Tant et si bien que l'unité tend, en l'absence d'une stratégie pratique, à se muer en un simple slogan ou mirage. 

Aussi, la crédibilité de toute option économique, sociale et politique au niveau du monde arabe, requiert la mise en place d'une feuille de route arabe pour le développement. Celle-ci doit avoir un caractère contraignant, viser des objectifs précis et disposer des mécanismes nécessaires, d'autant plus que nos pays possèdent les atouts qu'il faut pour réaliser leur intégration. 

Ils sont notamment unis par des liens spirituels, civilisationnels et culturels séculaires, et jouissent d'une position géostratégique privilégiée. Ils recèlent, en outre, des ressources humaines et naturelles complémentaires, quoiqu'elles n'aient pas été mises en valeur de façon optimale. 

Le but ultime de nos politiques économiques et sociales est d'assurer au citoyen arabe toutes les conditions d'une vie libre et digne. Mais la réalisation de cet objectif passe par l'exploitation rationnelle de nos potentialités matérielles. Elle exige d'investir au maximum et de la façon la plus judicieuse qui soit dans notre richesse fondamentale, à savoir nos ressources humaines et nos citoyens qualifiés. 

C'est à partir de cette conviction que nous avons lancé l'Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH). 

Grâce à cette initiative marocaine audacieuse qui place l'homme au cÂœur du processus de développement, nous avons obtenu des résultats encourageants qui ont déjà permis de réduire les phénomènes de pauvreté, et de marginalisation et d'autres handicaps. Ils ont également eu pour effet de rendre les citoyens, les organisations de la société civile et les secteurs public et privé, des parties prenantes dans les programmes et les chantiers de l'INDH, qui ont fait l'objet d'une attention particulière, tant au niveau de la planification qu'à ceux de la mise en Âœuvre et du suivi.

Mes frères, les dirigeants arabes,. 

Nul n'ignore que garantir la sécurité alimentaire et hydrique constitue un des défis arabes majeurs présents et à venir. C'est pourquoi nous appelons à la mise en place d'un plan agricole arabe, appuyé par une stratégie hydraulique. Cette démarche s'inscrit dans la perspective de la réalisation de l'autosuffisance dont la Nation arabe possède, du reste, tous les atouts nécessaires.
Compte tenu du fait que les ressources humaines qualifiées constituent de nos jours la vraie richesse qui vaille, nos pays ne peuvent prétendre au développement sans réformer et moderniser les systèmes d'enseignement et de formation, et sans libérer l'Homme arabe du carcan de l'ignorance et de l'analphabétisme. Il faut, en effet, l'affranchir des démons de l'ostracisme, du fanatisme et le libérer de la mentalité d'assisté. 

Parallèlement, il est nécessaire d'Âœuvrer à la dissémination de la pensée rationnelle éclairée, et de s'atteler à l'édification de la société du savoir et de la communication. 

Dans un monde où seuls comptent les ensembles forts, et où il n'y a pas de place pour les entités fragiles ou artificielles, le Maroc est disposé à Âœuvrer avec détermination et confiance à la construction d'un espace économique arabe commun. 

Mais la réalisation de ce dessein n'est possible que si elle repose sur quatre piliers incontournables:. 

Il s'agit en premier lieu de créer dans le monde arabe un climat empreint de coopération et de solidarité. Il faut, parallèlement, vaincre les démons de la division et régler les problèmes factices, et se défaire des politiques économiques de portée étroitement nationale, introvertie et confinée à l'environnement immédiat. Il faut, en revanche, opter pour une démarche, d'ailleurs inéluctable, celle de la construction d'ensembles régionaux intégrés. 

Tout en saluant l'expérience pionnière menée par le Conseil de Coopération du Golfe, nous ne pouvons que regretter les piétinements que connaît l'Union du Maghreb, du fait d'entraves artificielles, y compris la persistance de la fermeture absurde, par une seule partie, des frontières entre deux pays voisins. 

En réitérant son attachement à l'ouverture des frontières entre deux peuples frères, le Maroc est loin d'en banaliser l'objectif et de le réduire à quelque avantage étriqué ou à un intérêt exclusif. Son attitude procède, au contraire, de sa fidélité à la fraternité et aux règles de bon voisinage. Elle traduit son ferme engagement en faveur de l'Union du Maghreb, d'autant plus qu'elle constitue un maillon important dans le processus d'intégration arabe que nous appelons de nos voeux.

Mes frères, les dirigeants arabes,. 

Avec la même volonté, Nous insistons sur la nécessité de renforcer le deuxième pilier : donner leur pleine expression à l'Union douanière et à l'accord de libre échange dans la région arabe, et ce, dans la perspective de la création d'un marché commun arabe. 

Favoriser l'émergence d'un climat propice pour l'investissement, voilà un autre pilier indispensable qui requiert notamment de fournir des garanties juridiques incitatives pour l'investissement et de consolider l'Etat de droit dans le domaine des affaires. Il exige, en outre, de consacrer les règles de concurrence et de transparence, lesquelles sont incompatibles avec l'économie de rente. 

Il s'agit, enfin, d'observer les règles de bonne gouvernance, de respecter la libre circulation des personnes et de faciliter le mouvement des capitaux. 

A partir de ces trois piliers, nous ouvrons largement la voie devant de nouveaux acteurs pour qu'ils s'impliquent dans les chantiers de développement. La réalisation de ceux-ci n'est plus suspendue à la seule action gouvernementale, nonobstant son importance, mais elle nécessite aussi qu'y soient associés les collectivités locales, la société civile et le secteur privé. 

A ce propos, il faudrait que le capital arabe fasse preuve d'un haut degré de patriotisme arabe, en donnant la priorité, dans tous ses projets d'investissement, à la Nation arabe. 

Le Maroc restera attaché à toutes les initiatives constructives destinées à favoriser l'intégration économique arabe, d'autant plus que Nous sommes convaincu que l'intégration en matière de développement est la voie la plus indiquée pour donner ses dimensions concrètes et modernes à l'arabité. En elle, la composante culturelle et la dimension de solidarité politique se conjuguent et se complètent avec l'intégration économique et le progrès social. 

C'est en toute sincérité et avec une totale loyauté que le Royaume du Maroc s'est constamment attaché à faire siennes nos causes arabes et à les faire prévaloir avec tout l'engagement nécessaire. C'est pourquoi il entend s'investir sans la moindre hésitation dans tous les efforts visant à renforcer l'esprit de solidarité et de fraternité entre les différentes composantes de la Nation arabe. 

Prions le Très-Haut pour qu'Il nous inspire sagesse et clairvoyance et nous permette de nous hisser à la hauteur des aspirations de nos peuples.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouh
".

 

 

 

Copyright © 2014 INDH, Tous droits réservés.