Initiative Nationale pour le Développement Humain

Ce qu’ils seront dans 20 ans…
se construit dès maintenant

Dans les médias

Al Oula – Journal

Reportage sur la campagne nationale pour le développement de la petite enfance

2M TV – Journal du soir

Invitée
Professeur Amina Barakat – Médecin spécialiste en Pédiatrie

Médi1 TV – Khbar Annass

Invités
Mme Leila El Ammari – Responsable du programme national de nutrition au Ministère de la Santé
M. Aziz Kaichouh – Directeur général de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’enseignement préScolaire

Médi1 TV – Hyati

Invitées
Professeur Amina Barakat – Médecin spécialiste en pédiatrie
Dr. Nezha Dghouri – Direction de la population – Ministère de la Santé

Radio 2M – Lkelma Likoum

Invité
M. Khalid Chenguiti – Chef de la section éducation à l’UNICEF Maroc

Atlantic Radio – Nwadah Lik
Santé de la mère et de l’enfant

Invitée
Mme Hafida Boumarouane – Direction de la population – Ministère de la Santé

Chaine inter – Les matinales

Invitée
Mme. Rita El Kadiri – Directrice exécutive de la Fondation Zakoura

Radio 2M – Faites entrer l’invité

Invité
M. Said Ziane – Coordination Nationale de l’INDH

Chaine inter – Carrefour de la rédaction

Invités
Mme Leila El Ammari – Responsable du programme national de nutrition au Ministère de la Santé
Mme Fadila Caillaud – Responsable du programme pour le développement humain à la Banque Mondiale
M. Aziz Kaichouh – Directeur général de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’enseignement préScolaire

Med Radio – Seha w Selama

Invitée
Dr. Nezha Droughi – Direction de la population – Ministère de la Santé

Atlantic Radio – Invité du matin

Invité
M. Aziz Kaichouh – Directeur général de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’enseignement préScolaire

Atlantic Radio – Nwadah Lik
Nutrition

Invitée
Mme Leila El Ammari – Responsable du programme national de nutrition au Ministère de la Santé

Radio 2M – Mjalat Assiha

Invitée
Mme Leila El Ammari – Responsable du programme national de nutrition au Ministère de la Santé

Atlantic Radio – Nwadah Lik

Invitée
Mme. Nisrine Ben Abdeljalil – Directrice générale adjointe à la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’enseignement préScolaire (FMPS)

Radio 2M – Kif Lhal

Invité
M. Aziz Kaichouh – Directeur général de la Fondation Marocaine pour la Promotion de l’enseignement préScolaire (FMPS)

Développer la petite enfance commence par des gestes simples …

Santé et nutrition de la mère

En Savoir Plus >

Allaitement maternel exclusif

En Savoir Plus >

Santé et nutrition de l’enfant

En Savoir Plus >

Développement social de l’enfant

En Savoir Plus >

Le contenu de cette page est élaboré en partenariat avec

Suivi médical et nutrition de la femme enceinte

Une bonne nutrition et un suivi médical régulier : des prérequis pour une maman et un bébé en bonne santé

Le suivi médical et une bonne alimentation de la femme pendant la grossesse sont deux éléments importants pour un accouchement serein et une maman et un bébé en bonne santé. La femme enceinte doit consulter un médecin au moins quatre fois pour s’assurer du bon déroulement de la grossesse et prévenir tout risque de complication. Pendant ces consultations, le médecin procède à des contrôles de routine – mesure des signes vitaux de la mère et du rythme cardiaque du fœtus… – et prescrit des examens complémentaires tels que la numération formule sanguine (NFS), le groupage Rhésus… Une bonne alimentation est également importante pour satisfaire les besoins nutritionnels de la femme enceinte et du fœtus.

Enfin, il est impératif d’accoucher en milieu surveillé sous le contrôle d’un professionnel de la santé et de se faire suivre après l’accouchement. Il est à noter que les principales causes et les facteurs de risque de la mortalité maternelle et néonatale sont évitables à travers le respect du calendrier des consultations prénatales, la prévention des complications liées à la grossesse (l’hypertension artérielle, le diabète, les hémorragies…), l’accouchement en milieu assisté et le changement des comportements à risque (comme les pratiques traditionnelles nocives, l’accouchement à domicile…).

Capsule sur le suivi médical et la nutrition de la femme enceinte

Conseils pratiques

Un bon suivi médical : ce qu’il faut faire

  • Consulter un médecin au moins 4 fois pendant la grossesse. Le médecin s'assurera du bon déroulement de la grossesse en procédant à :

-des examens cliniques et complémentaires (taille, poids, tension, artérielle, la hauteur de l’utérus, le rythme cardiaque du fœtus)

- une échographie

- des bilans sanguins

- une détection précoce d’éventuelles complications de la grossesse et leur prise en charge

- une prescription de compléments alimentaires en cas de besoin

- une vaccination contre le tétanos

  • Se rendre au service obstétrical le plus proche en cas d’accouchement imminent
  • Avoir un carnet de santé à jour de la femme et du bébé
  • Se rendre au centre de santé le plus proche en cas d’apparition de signes de danger (voir ci-contre)

Signes de danger : quand faut-il s’inquiéter et réagir ?

En cas d’apparition d’un ou plusieurs des signes suivants, il faut immédiatement se rendre dans le centre de santé le plus proche :

  • hémorragie utérine
  • pertes vaginales anormales
  • douleur intense au ventre
  • œdème du visage, des mains et des jambes
  • sentiment de trouble de la vision
  • maux de tête intenses et permanents
  • absence d'activité du fœtus
  • fièvre
  • hypertension artérielle
  • vomissements continus après les trois premiers mois de grossesse avec altération de l’état général de la femme.

Les besoins nutritionnels de la femme enceinte

Pourquoi c’est important ?

Les protéines aident à maintenir votre énergie et donnent à votre bébé les acides aminés dont il a besoin pour grandir.

Où les trouver ?

La viande rouge, le poisson, la volaille et les œufs sont riches en protéines. Il en va de même pour les produits laitiers.

De quelle quantité avez-vous besoin ?

Les apports recommandés pendant la grossesse sont de 60 à 70g/j de protéines.

Pourquoi c’est important ?

Les glucides sont indispensables pendant la grossesse car ils fournissent de l’énergie pour les tissus fœtaux.

Où les trouver ?

Il existe deux types de glucides :
• Glucides à absorption rapide comme : fruits frais, fruits secs, chocolat, miel, etc…, et qui sont à consommer avec modération durant la grossesse.
• Glucides à absorption lentes comme : les féculents (pâtes, riz, pommes de terre…), les céréales (blé, orge …) et les légumes secs (lentilles, haricots rouges, pois chiches…)  apportent davantage de sucres complexes, qui contribuent à la satiété car ils sont assimilés plus lentement.

De quelle quantité avez-vous besoin ?

La ration glucidique ne doit pas être inférieure à 250g par jour.

Pourquoi c’est important ?

Les lipides sont importants pour le fœtus car ils constituent une réserve d’énergie utilisable dès la naissance.

Où les trouver ?

Dans les huiles (olive, tournesol, argan, noix…), dans les poissons  ( sardines, maquereaux,..), dans les fruits oléagineux (amandes, noix, cacahuètes…) .

Il est recommandé d’éviter les graisses néfastes. Il s’agit des acides gras dits « trans » et des huiles partiellement hydrogénées, issus des processus industriels, accusés entre autres d’augmenter le risque de certains cancers et de maladies cardiovasculaires. Pour éviter ces risques, il faut éliminer au maximum de l’alimentation les fast foods, plats préparés et autres préparations industrielles, en particulier les viennoiseries, pâtisseries, biscuits et margarines.

De quelle quantité avez-vous besoin ?

Les lipides ne doivent pas dépasser 30% de l’apport énergétique journalier totale.

Pourquoi c’est important ?

Les fibres alimentaires régulent le transit intestinal et aident également à réguler la glycémie.

Où les trouver?

On les trouvent essentiellement dans les légumes et les fruits frais mais également dans les fruits secs et les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots secs…), ainsi que dans les produits céréaliers complets (riz, pain, pâtes, farine, avoine, …).

De quelle quantité avez-vous besoin ?

L’apport quotidien recommandé en fibres est de 25g à 30g par jour.

Pourquoi c’est important ?

Le calcium est important pour la minéralisation osseuse du fœtus et la constitution du lait maternel. De plus, il protège la femme enceinte du risque d’hypertension artérielle et de ses graves complications, des crises d’éclampsie et aurait même un rôle dans la prévention du risque de dépression du post-partum.

Où le trouver ?

Dans les produits laitiers (lait, fromages, yaourt…), les eaux minérales riches en calcium (> 150mg/l) et les aliments riches en calcium (fruits secs et certains oléagineux).

De quelle quantité avez-vous besoin ?

Les apports recommandés sont de 1200mg/j pendant la grossesse

Pourquoi c’est important ?

Le fer est un oligo-élément indispensable au bon développement du fœtus pendant la grossesse. Il participe au bon transport de l’oxygène vers les organes du corps et est impliqué dans de nombreuses réactions enzymatiques.

Où le trouver ?

Le fer est naturellement présent dans notre alimentation. On le trouve dans les viandes, le poisson, le  jaune d’œuf et les légumes secs (lentilles, haricots blancs, pois chiches).

De quelle quantité avez-vous besoin ?

Au cours de la grossesse une augmentation des besoins de l’ordre de 600mg apparaît du fait de l’élévation de la masse sanguine, de la croissance fœtale et du développement placentaire. Il est conseillé de dépister et traiter les femmes à risque (anémie en début de grossesse, adolescentes, grossesses rapprochées ou multiples, ménorragies, végétarisme, milieux défavorisés).

On conseille, dès le premier trimestre de grossesse une supplémentation hebdomadaire en fer à préscrire par le médecin selon le calendrier national de supplémentation pour une femme non anémique.

L’idéal est de prévenir la carence en fer avant la grossesse en respectant les apports recommandés chez la femme.
Il est conseillé de dépister et traiter les femmes à risque (anémie en début de grossesse, adolescentes, grossesses rapprochées ou multiples, ménorragies, végétarisme, milieux défavorisés).

Pourquoi c’est important ?

L’eau participe aux modifications physiologiques de la grossesse, telles que l’augmentation de la masse sanguine et la constitution des tissus fœtaux et du liquide amniotique.
Un bon apport hydrique réduit les risques d’infection urinaire et de constipation et permet de faire face aux pertes dues à la respiration et à la transpiration.

Où la trouver ?

L’eau est fournie par les boissons (eau, tisanes, lait demi-écrémé, etc.) ainsi que par des aliments tels que les fruits et les légumes.

De quelle quantité avez-vous besoin ?

2,5 litres d’eau par jour sont nécessaires pendant la grossesse

  • Iode : il faut consommer des aliments riches en iode (lait et produits laitiers, poissons et crustacés, œufs) et utiliser du sel iodé.
  • Magnésium : les principales sources sont le chocolat, les légumes et les fruits secs, les produits céréaliers,  la viande et le lait.
  • Zinc : une alimentation équilibrée riche en protéines animales (viandes, poissons, et produits laitiers) suffit pour couvrir les besoins.

Allaitement maternel exclusif

Pourquoi l’allaitement maternel exclusif est important durant les 6 premiers mois de la vie ?

A la naissance, le lait maternel est le meilleur aliment pour la croissance du bébé. En effet, la composition complexe et unique du lait maternel répond parfaitement aux besoins de l’enfant et favorise son développement et sa protection, en s’adaptant au fur et à mesure à la croissance du bébé.
Pour réussir l’allaitement maternel, Il est recommandé de donner le sein dans la demi-heure qui suit l’accouchement et d’allaiter exclusivement durant les 6 premiers mois de la vie du bébé sans introduire d’aliments ou d’autres liquides. En plus d’être très nutritif et d’avoir une action protectrice, le lait maternel permet au bébé de découvrir diverses saveurs suivant ce que mange la mère.
Lorsque le bébé réclame à manger, il est important de le laisser prendre le sein jusqu’à satiété. En effet, le bébé est instinctivement le mieux placé pour connaître la quantité de lait dont il a besoin, et à quel moment.

Capsule sur l’allaitement maternel

Conseils pratiques

Quand et comment bien allaiter son bébé ?

Allaiter à la demande, le jour comme la nuit (8 à 12 fois)

- Avant les pleurs, plusieurs signes indiquent généralement que le bébé a faim : agitation, bouche ouverte, langue tirée, succion des doigts...
- NE PAS utiliser de biberons ou tétines
- Laisser le bébé finir de téter un sein avant de lui présenter l'autre pour profiter des apports nutritifs du "lait de fin de tétée"

Adopter la bonne position

- La tête et le corps du nouveau-né sont alignés ;
- Le nouveau-né fait face au sein, tête en face du mamelon ;
- Le corps du nouveau-né est proche du corps de la mère ;
- Le corps du nouveau-né est entièrement soutenu ;
- La mère est assise confortablement, le dos soutenu.

S’ assurer que le bébé a une bonne prise

4 signes permettent de s’en assurer:
- la bouche du bébé est grande ouverte
- la peau est plus foncée (aréole) au-dessus de la bouche du bébé qu'en-dessous
- la lèvre inférieure du bébé est tournée vers l'extérieur
- le menton du bébé est en contact avec le sein de sa mère

Alimentation complémentaire

Pourquoi l’alimentation complémentaire ou la diversification alimentaire ?

La diversification c’est l’introduction des aliments de compléments à partir de l’âge de 6 mois, moment où le système digestif et enzymatique du bébé sont suffisamment développés pour recevoir une nourriture plus variée et adaptée à son développement, tout en maintenant l’allaitement maternel. En effet, après 6 mois, le lait maternel ne suffit plus à couvrir tous les besoins de l’enfant. Il faut commencer à diversifier son alimentation en introduisant des céréales, de légumes, de fruits, de viande, de poisson, etc.

Comment diversifier graduellement l’alimentation du bébé à partir de 6 mois

A six mois, le bébé est prêt à manger des aliments un peu plus solides, tout en continuant à être allaité. Il découvre ainsi progressivement les différentes textures et entame son exploration des saveurs.
A cet âge, bébé est curieux. C’est donc le moment de lui faire découvrir de nouvelles variétés d’aliments. Il est recommandé de favoriser cet éveil aux saveurs et aux textures tout en s’assurant que bébé mange à sa faim.
Les aliments sans sucre, sans sel ou assaisonnements ajoutés permettent au bébé de tester et de se familiariser avec les différentes saveurs et de développer son sens du goût et ses préférences alimentaires.

Capsule sur l’alimentation complémentaire

Conseils pratiques

Diversifier l’alimentation de bébé tout en continuant à l’allaiter

- Continuer si possible d’allaiter le bébé à la demande jour et nuit
- Donner les aliments complémentaires 3 à 4 fois par jour entre 6 et 12 mois puis 5 fois par jours à partir de 12 mois
- Augmenter la quantité graduellement
- Introduire un seul aliment à la fois en variant les groupes d’aliments au cours de la journée
- Commencer par de petites quantités et ne pas contraindre ou forcer l’enfant à consommer de grandes quantités
- Progresser dans la consistance des aliments en fonction de l’âge
- Donner des aliments frais et sains
- Donner des aliments variés
- Eviter d’utiliser le biberon.

Veiller à la bonne hygiène

- Se laver les mains avec de l’eau et du savon avant de préparer la nourriture et alimenter le bébé
- Laver les mains du bébé avant de le nourrir
- Utiliser une cuillère ou une tasse propres
- Stocker les aliments à donner au bébé dans un endroit propre et sécurisé.

Surveiller la croissance et respecter le calendrier de supplémentation

- Surveiller systématiquement la croissance des enfants en utilisant les courbes de croissance figurant sur le carnet de santé de l’enfant (poids, taille, périmètre crânien, calcul d’IMC, ainsi que l’utilisation et l’interprétation des courbes de croissance)
- Veiller à respecter les rendez-vous du calendrier de supplémentation en vitamine D et vitamine A.

Propositions de menus pour le bébé

Allaitement maternel exclusif

Lait maternel

à la demande

Matin

Allaitement maternel

à la demande

Matinée

Jus de fruits sans sucre ajouté

30 à 50 ml

pas de kiwi avant l'âge de 12 mois.

Midi

Légumes en soupe

100g

Légumes cuits sans sel.

10g à 20g de viande mixée OU 2 à 4 cuillères à café de poisson blanc OU 1/2 jaune d'oeuf cuit

au choix

pas de blanc d'oeuf avant l'âge de 12 mois (risque d'allergie)

5g de beurre cru OU 1 cuillère à café d'huile végétale OU 1 cuillère à café de crème fraîche

au choix

Fruits ou Compote maison

75g

- Les fruits doivent être mûrs, cuits et mixés.
- Pas de kiwi avant l'âge de 12 mois (risque d'allergie)

Goûter

Allaitement maternel

à la demande

Fromage blanc, Yaourt OU Compote maison de fruits

Les fruits doivent être mûrs, cuits et mixés.

Soir

Allaitement maternel

à la demande

Bouillie de farine lactée

210 ml

- Préparée avec de l'eau déjà bouillie (210 ml) plus 5 à 7 cuillières à soupe de farine
- Servir à la cuillière si possible
- Privilégier des farines au riz ou à la carotte si diarhée

Matin

Allaitement maternel

à la demande

Matinée

Jus de fruits sans eau ni sucre ajoutés, si possible fraîchement pressés.

30 à 50 ml

pas de kiwi avant l'âge de 12 mois.

Midi

Légumes en purée

Légumes bien cuits écrasés à la fourchette

+

20g de viande mixée OU 20g poisson mixé OU 1/2 jaune d’œuf du jour cuit dur OU fromage râpé

au choix

Viande mixée ou poisson blanc mixé

+

Noisette de beurre cru OU Crème fraîche OU Huile végétale

1 cuillère à café

+

Fruits

75g

pas de kiwi avant l'âge de 12 mois (risque d'allergie)

Goûter

Allaitement maternel

à la demande

Fromage blanc, Yaourt OU Compote de fruits

Les fruits doivent être mûrs, cuits et mixés.
Soir

Allaitement maternel

à la demande

Légumes en soupe ou purée

50g

Féculents - Pomme de terre OU Vermicelles OU Petites pâtes

25g

Matières grasses végétales

5g

Compote de fruits maison OU Yaourt OU autre laitage

1 unité

Pas de kiwi avant l'âge de 12 mois (risque d'allergie)

Matin

Allaitement maternel

à la demande

Matinée

Jus de fruits + Pain

pas de kiwi avant l'âge de 12 mois.
OU

Bouillie de farine lactée

280 ml

- A préparer avec 280 ml d'eau + 6 à 8 cuillères à café de farine
- Servir à la cuillère si possible

Midi

Légumes en purée

Légumes bien cuits écrasés à la fourchette à servir dans une petite assiette à bébé (les repas seront donnés à la cuillère)
+

Beurre cru OU Crème fraîche OU Huile végétale

1 cuillère à café

+

Féculents

50g

+

20g de viande mixée OU 20g poisson non pané OU 1 jaune d’œuf cuit dur OU fromage râpé

au choix

Ne pas dépasser 30g par jour avant l'âge de 12 mois
+

Dessert de fruits crus mûrs, écrasés ou mixés sans sucre ajouté

pas de kiwi avant l'âge de 12 mois (risque d'allergie)

Goûter

Fromage blanc OU Yaourt OU Crème dessert

OU

Une croûte de pain

1 unité

Soir

Allaitement maternel

à la demande

Eau

à volonté

Eau plate

75g Légumes en soupe ou purée + 50g de féculents ( pomme de terre ou vermicelles ou petites pâtes) + 5g de matière grasse végétale

au choix

OU

Une bouillie de farine lactée OU un potage avec un peu de fromage râpé et de la semoule

au choix

OU

Céréales (الدشيشة) avec du lait OU petites pâtes OU vermicelles

au choix

Compote de fruits maison OU Yaourt OU autre laitage

1 unité

Pas de kiwi avant l'âge de 12 mois (risque d'allergie)

Matin

Allaitement maternel

à la demande

Aliments lactés destinés aux enfants en bas âge

240 ml

Préférer le lait de croissance, 500 ml par jour sont souhaitables pour limiter l’excès d’apport de protéines

Céréales

6 à 8 cuillères

Matinée

Jus de fruits

Biscuit OU du pain avec du beurre ou huile d'olive

1 unité

Eviter le grignotage entre les repas

Midi

Viande OU Poisson blanc non pané OU Oeuf

30 à 50 g

Entre 1 et 3 ans, favoriser la découverte de nouveaux goûts, de nouvelles saveurs et de nouvelles textures (fruits de mer, épices...)

+

Légumes

150 g

+

Féculents

50g

+

Beurre cru OU Crème fraiche OU Huile végétale

1 cuillère à café

+

Un fruit écrasé

1 unité

Tous les fruits et légumes peuvent être consommés sauf légumes secs à ne consommer qu’après 18 mois

+

Pain

Eau

à volonté

Eau plate

Gouter

Aliments lactés destinés aux enfants en bas âge

240 ml

Préférer le lait de croissance

Fruits

50 g

Soir

Allaitement maternel

à la demande

Eau

à volonté

Eau plate

Légumes (soupe ou purée)

100 g

Féculents

50 g

matières grasses végétales

5 g

Compote de fruits maison OU Yaourt OU Autre laitage

1 unité

Remarques importantes :

-Proposer des sucres complexes : céréales ou féculents à chaque repas comme les pommes de terre, les pâtes, le riz, la semoule ou du pain

-Hygiène dentaire à recommander

-Vers l’âge de 2 ans, les besoins alimentaires diminuent. Il ne faut donc pas forcer l’enfant à manger tout en maintenant la règle des 4 repas quotidiens en s’adaptant au maximum.

Développement social de l’enfant

Prendre soin de son enfant ne se limite pas à répondre à ses besoins quotidiens de base comme l’alimentation ou l’hygiène; il faut également veiller à son développement social, psychologique et affectif.

Entre 0 et 6 ans, le cerveau du tout-petit se développe d’une façon rapide mais pour cela, il a besoin d’être stimulé. De cette façon, le bébé acquiert progressivement de plus en plus d’habilités et de connaissances.

Toutes les expériences que vit l’enfant à cet âge constituent des bases pour son apprentissage futur. En effet, grâce à ces expériences précoces, le cerveau se développe sur tous les plans : langage, cognition, motricité, affectivité, etc.

Durant cette phase cruciale de son développement sensorimoteur, l’entourage familial doit impérativement interagir avec l’enfant et stimuler son attention de manière régulière et répétée et ce, dès la naissance.

Capsule sur le développement cognitif et social de l’enfant

Comment stimuler l’enfant ?

La façon dont l’enfant s’éveille à la vie diffère d’un âge à l’autre. Pour attirer son attention et le stimuler, les modalités diffèrent donc aussi.

Il est conseillé :
• d’attirer l’attention du nouveau-né afin de développer sa vision, son ouïe, son odorat et sa motricité.
• de rassurer et réconforter le bébé en lui prodiguant autant que nécessaire des gestes d’affection et de tendresse à travers le contact corporel et les câlins.
• d’échanger avec lui regards etsourires, surtout au moment de l’allaitement.
• de bercer avec douceur le bébé pour l’apaiser et de lui chanter des chansons douces…

Les parents veilleront à :
• donner au nourrisson des jouets multicolores pour capter son attention, propres car il va les porter à la bouche et qui ne présentent aucun danger.
• parler au bébé et  l’encourager à communiquer par des sons et des mouvements.

Durant cette étape, il est conseillé de :

• donner à l’enfant des jouets propres et ne présentant aucun risque pour lui lorsqu’il les manipule
• répondre et interagir avec les sons produits par l’enfant et l’encourager à apprendre les prénoms des personnes qu’il voit et les noms des objets qui l’entourent.

L’enfant à cet âge commence à explorer plus activement son environnement. La stimulation peut se faire à travers les actions suivantes :
• donner à l’enfant des éléments de bricolage adaptés à son âge afin de favoriser les opérations de construction et de démontage.
• poser des questions simples à l’enfant en lui donnant si nécessaire la réponse pour l’encourager à réutiliser les mots et acquérir ainsi progressivement les éléments du langage.
• apprendre à l’enfant à communiquer avec les personnes de son entourage en lui demandant de les saluer avec les mains.

Après 2 ans, l’enfant est prêt à entamer son processus d’apprentissage par expérimentation et acquisition des connaissances. Les parents doivent alors :

• l’aider à apprendre à compter, à nommer les objets et à comparer les objets qu’il manipule.
• encourager leur enfant à s’exprimer en lui parlant et en répondant systématiquement à ses questions.
• raconter des histoires à l’enfant.
• faire apprendre à l’enfant des chansons et des jeux de plus en plus sophistiqués.

Actions de l’INDH en faveur du développement de la petite enfance

SANTÉ ET NUTRITION DE LA MÈRE ET DE L’ENFANT

ENSEIGNEMENT PRÉSCOLAIRE